logo

Radeau de La Méduse

Paysagiste indépendante
Installation éphémère
Tour d’Aiguillage Wellington, arrondissement du Sud-Ouest, Montréal.
Subventionné par le Centre d’Écologie Urbaine de Montréal
En partenariat avec Bacsac , Olivier Schmitt, vidéaste et Perrine Vin, graphiste
26 septembre 2014 – 26 octobre 2014

Dans le cadre de Transforme ta ville, plusieurs initiatives citoyennes prennent place à Montréal, Laval et Longueuil au cours de l’été 2014. Ces interventions visent à s’approprier l’espace public. Le Radeau de la Méduse est un radeau de survie accosté, in extrémis, sur les berges le canal Lachine au pied de la Tour d’aiguillage Wellington avant sa mutation programmée. Il permet de s’approprier et de valoriser ce site brut en lui donnant un caractère vivant et convivial à l’échelle du piéton. Grâce au banc accroché au pied du mur oblique, les passants pourront reprendre la position de la vigie de l’époque qui offre une vue manifeste sur les vestiges du pont tournant, patrimoine industriel du Canal Lachine.
Transforme ta ville est un appel aux citoyens à rêver leur quartier et à poser un geste concret pour faire partie du changement. Les interventions, durables ou éphémères, permettent de réinventer un espace public sous-utilisé.

DÉMARCHE DE CRÉATION

Cette intervention cherche à révéler l’ampleur du site en créant une tension entre une articulation urbaine et territoriale, l’ancien pôle multimodal et une installation au caractère domestique. Souvent constitué de matériaux plus pérenne (béton, métal ou bois), l’espace public manque cruellement de légerté et d’instantanéité. En acceptant d’utiliser un matériau souple, la batyline, c’est une manière d’oser proposer un espace fragile et vivant. Grâce aux Bacsac, des végétaux « mobiles » accompagnent l’assise. Le choix du saule et de l’érable nous rappelle que nous sommes dans un paysage de berges. En contraste fort avec le béton,  une tension est créée entre la légerté du textile et l’architecture imposante, raison pour laquelle nous avons nommé notre projet Radeau de la Méduse, tel un radeau de survie souple et vivant déployé dans l’attente de la revitalisation pérenne du quartier.

 

ENTRETIEN DE L’INSTALLATION

L’installation étant éphémère la survie des végétaux ne dépendent que de moi. L’avantage de ce site est qu’il est situé le long du Canal Lachine, l’eau est donc à porté de main. Grâce à l’entreprise Coté Jardin, en charge du chantier de la Promenade Smith à proximité, une échelle et un sceau reste à disposition pour que je puisse arroser les végétaux deux à trois fois par semaine.

 

PROJECTION VIDÉO ÉVÈNEMENTIELLES

Dans l’attente d’une appropriation spontanée des lieux par les passants et les citoyens du quartier, animer le bâtiment par une projection vidéo à pour rôle de rassembler du monde dans cet espace et d’amorcer son habitation.
Sans vouloir préfigurer ce que va devenir la Tour d’Aiguillage Wellington, l’intégration de vidéos figuratives est une façon de donner vie à ce lieu. Plus qu’un appel à sa réhabilitation, c’est un appel à l’occupation. Le choix de présenter des scènes domestiques évoque une réappropriation populaire de cet espace en écho à l’installation.

 

 

 

Date: septembre 29, 2014